samedi 24 septembre 2016

Miranda

Miranda is powerfully beautiful. When she stares at you, even though she is tall and square, even though she dresses terribly, you cannot help feeling a soft point in your chest. Yet no boys dare speak to her. She does have friends though and those more common-looking girls do find boyfriends. But not her. She feels quite lonely but tries not to care and studies hard. She loves thinking about uncommon things, maths questions or medieval epochs. With time, she finds it harder and harder to communicate, as she spends most of her time alone. Then she starts drinking at parties and her life changes.


dimanche 18 septembre 2016

Çınar

Çınar is the shyest guy on earth. He blushes when the camera looks at him in photobooths. He says he dresses in black because he is colourblind but the truth is he hopes he will go unseen. It usually fails, because he is so stout and handsome. His eyes are a very pure gold, yet not many people see them as he only looks at the ground. Then one days he meets Sevinç. Sevinç has brown hair with shadows in it and her skin is as sweet as dawn. She is straightforward and joyful and she has wonderful green eyes. Mostly, Sevinç is blind. Çınar falls in love instantly.


samedi 10 septembre 2016

Wolverine

Wolverine has definitely turned into a lonely beast. He never really trusted anyone but the world's lunacy has now had him lock himself in. He spends his days in a dressing gown, trying to read classics. Yet he is mostly irked by novels: Austen sends poisonous darts in a jungle of futile rules, Zola's tiresome castles always end up collapsing... Essays are even worse, as they try to understand a meaningless world. Now Wolverine longs for fresh air, but he restrains himself: humanity can die in rivers of blood, he won't try to help anymore. He once was a superhero but he has learnt that crowds' gratefulness is a one-day flower, then you go back to feeling different and unwelcome. So he plays video games and puts on weight. Then one day he gets a letter.


samedi 3 septembre 2016

Gonçalo

Gonçalo has got that cold again. Every winter brings it back. So Gonçalo barely gets out of bed and, when he does, wraps himself in layers of wool. Then he waits for the cold to disappear, for he cannot work : Gonçalo is a Nose for a French perfume company. He gets terribly bored, surfs aimlessly on the Internet or sleeps all day for a week. Then one day the chemist around the corner tries to talk him into buying yet another new drug for his cold. Gonçalo hardly listens to the talkative girl but takes the drug out of boredom. Yet, to his great surprise, the cold is gone in two days. Gonçalo goes back to the chemist's to thank her and, without thinking, asks her out for dinner. The next night, he finds out she is not only a talkative brunette but a very lively one too. When morning comes, he is terribly tired and in love with her, even though he thinks she smells a bit of clove.


mardi 16 août 2016

Sagar

Sagar has always loved girls stuff. As a child, he used to sneak into his mother's bedroom and put on her underwear. He also borrowed her high-steel shoes and walked the long corridor, watching himself in the large mirror at the end. When he got thirteen, he told his mother he wanted to be a drag queen. He got slapped in the face. So he started dating girls. Meanwhile, he was brilliant at school, went to university, where he chose Aesthetics and Non-Euclidian Geometry. He got a PhD fairly easily in both fields. By then, he dated boys and girls alike. He is now fifty-two and he happily goes from one person to the other. Whatever their gender, he usually makes up when he goes out, and dresses terribly. He is also famous in the small world of mathematics for his theory on Unreal Intersections between Disjoint Vector Spaces. Sagar truly enjoys being utterly queer.


vendredi 22 juillet 2016

Delta !

Enfin, après une gestation longue et douloureuse, mon bouquin "Delta" est disponible à la vente ! On peut le prendre sur papier pour sentir le poids de la sueur que j'y ai mis ou au format e-pub pour l'emporter à l'autre bout du monde (et c'est moins cher). Ça parle de trois frères et des choix qu'on fait dans la vie.

Je vous en mets un peu pour la route : 


      Au matin, j’ouvre les volets, une déferlante de lumière me crame la rétine. Le soleil est haut dans le ciel et tabasse sans pitié les êtres et les choses. Il n’est que huit heures. Je me suis couché il y a cinq heures mais je me sens en pleine forme. Je n’ai pas aussi bien dormi depuis des semaines.
      Une douche froide, je descends prendre un petit déjeuner plein de fruits dans la grande salle à manger fraîche de l’hôtel. Le bâtiment a la majesté vaine des palais administratifs des colonies. Ça ressemble à une décalcomanie, comme si un petit garçon sage, tirant la langue, avait collé une sous-préfecture sous les palmiers avant de mettre un jaguar au frigo.
      J’ai l’adresse du magasin de mon frère, je demande au serveur comment m’y rendre. Ce n’est pas très loin, c’est en bordure de la ville, au-dessus de l’oued. C’est à un kilomètre, ça fait un quart d’heure à pied.





Pour le moment c'est disponible sur le site d'Atramenta mais d'ici quelques jours on le trouvera sur les sites des grands vendeurs en ligne.
Papier : http://www.atramenta.net/books/delta/487
E-pub : http://www.atramenta.net/ebooks/delta/477

mardi 19 juillet 2016

Guillermo

Guillermo came from Guadalajara in a rusty old steamer. He came to the big city to get as rich as Steve Jobs. Yet for the time being, he is a waiter at Pepe's Pizzeria, along a dusty avenue, and Steve Jobs is dead. But Guillermo does not know, as he won't read a newspaper. All day long, he serves away Reginas, Vesuvios and Pineapple-Chorizo Specials. Meanwhile, he gets stronger and stronger, as he only eats pizzas and walks a lot. He once computed that he walks 20 miles a day, from the kitchen booth to the terrace and back. Then, even when he is tired after work, he goes to the boxing club. He now has rope-like legs and a powerful punch. The problem is he often goes berserk on the ring, and gets fined because he bites his opponents. One day, he even tore an ear away from a sluggish guy and ate it. He got fired from the club and the Federation. That's when he turned Vesuvio himself and got into cage fighting. 

 

samedi 9 juillet 2016

Ferdinand

Ferdinand quit thugging a few years ago. He got fed up with the routine: stirring up his nerves with beer, then dark streets, blows and victims' cries. Women were especially annoying, with those loud, shrieking voices, and all the same despair. It ended being incredibly boring. So Ferdinand is now an accountant in a local bank in Finland. On Sundays, he goes fishing or jogs in the forest for hours. Yet sometimes he longs for action. Then he takes the train to Helsinki and hangs around the station at dusk, with a bicycle chain in his pocket. 


 

samedi 25 juin 2016

Angousiasme etc.

ANGOUSIASME n.m. Sentiment mêlé face à une perspective à la fois attrayante et effrayante. Les premiers pas de la biologie de synthèse furent accueillis par les éthiciens avec un certain angousiasme : on créait de toutes pièces de nouvelles formes de vie. (G. Ackbar) 

F.F.F. éco. Fatras fiscal français. 

IDÉODROME n.m. Laboratoire d'idées, think tank. 

MÉDINATATION n.f. Réflexion faite en nageant. 

MOT-VALISE A DOUBLE FOND n.m. litt. Mot-valise assemblant plus de deux éléments. Clastre, mangonstre, vapionces, puditain. 

ORDINOSAURE adj. tech. Matériel informatique obsolète. 

PUDITAIN adj. Associant débauche et pudeur. 

RÉACORNI adj. Excessivement conservateur, replié sur soi-même. Le succès enfui et la frustration avait remué en elle toutes sortes de peurs, si bien qu’à soixante ans elle était entièrement réacornie. 

SPECTRILARE n.m. Revenant rieur.

samedi 16 avril 2016

Vélin 8 - Sommeil éléphant











sommeil lointain
viens ici
reste près de moi
fais-moi voler
au-delà des montagnes
par-dessus les dunes
sans regarder
sans plus penser
sans plus comprendre
sommeil géant
sommeil éléphant


Paolo Conte, "Sonno elefante"

dimanche 7 février 2016

Médinatation 6 - Fermez la parenthèse

À force de penser à autre chose, j'arrive au bout de mon compte, ça doit faire vingt.
Finalement je n'ai pas pensé à mon mouvement. Je ne regarde pas mon temps, j'ai décidé que mon progrès doit être dans une autre dimension, genre je cherche le mouvement parfait, le plus harmonieux, avec l'eau. La petite séance de pépère, le combat du quadra contre son gras, devient un art martial, une méditation pataphysique.
Je m'accroche à l'échelle, je sors, un peu groggy, j'ai un vague tournis en revenant à la station verticale, après une heure allongé à faire le moulin. Je reprends mes affaires sur le premier gradin, je repars vers les vestiaires. Au revoir monsieur perché, je traverse la trempouille des pieds, le rideau en longues plaques de plastique flasque.
Les muscles commencent à comprendre que c'est fini, la fatigue arrive. Sous la douche chaude, je me savonne. Des ados crient à côté, ça résonne et ça m'énerve. Ça me ramène sur terre.
Je repars à mon casier, détache la clé de ma cheville, ouvre. Dans ce fatras, mon premier geste va à mes lunettes. Je les remets et me rapproche encore du monde réel. Je vais me rhabiller.
Dans la cabine exiguë, je dois me concentrer pour faire les choses dans l'ordre, je flotte encore un peu. Je me sèche, j'essore le maillot, remets le falzar sans le mouiller, je piétine dans une petite flaque, surtout pas faire tomber le téléphone. Je range tout bien comme il faut, c'est le rituel humide.
Je sors, pose le cintre, je remets mes chaussettes et mes chaussures encore moites. Le couloir, puis les portes battantes, dehors il fait beau, magnifique soleil d'automne, je suis heureux et fatigué juste à point.


dimanche 31 janvier 2016

Médinatation 5 - Le cap

Le truc qui me turlupine, c'est ma vie. Je sens les semaines passer, il y a plein de trucs super, goût sucré, mais souvent je regarde la ligne d'arrivée et je me dis : quand tu y seras, tu regretteras de ne pas avoir été écrivain.
– Je ne peux pas être écrivain, je ne gagne pas un rond avec ça. Je fais ce que je peux pendant mes loisirs.
– Tu pourrais faire plus.
– J'ai pas envie de trimer comme un âne. J'ai le devoir de m'occuper de mes enfants et de ma femme. J'ai le droit de jouer. J'ai le droit de perdre mon temps.
– Tu regretteras de ne pas avoir fait de musique et de sculpture et de théâtre d'improvisation. Tu regretteras de ne pas avoir été ce que tu es vraiment, un ultracréatif tous azimuts. Le temps passe et je vais rater ma vie à cause de toi.
– Tu m'emmerdes. Je fais ce que je peux. Je m'en fous d'être un grand homme, moi.
– Chier. J'ai la trouille, moi.
– Oui ben tout le monde a la trouille. Être un grand homme ne t'empêchera pas de mourir.
– Un peu quand même.
– Non. Quand t'es mort, tu deviens un steak pourri, c'est tout. Alors d'ici là, il faut vivre, et pour ça, être moyen c'est mieux, c'est plus équilibré.
– Merde à l'équilibre.
– Merde à la frénésie. J'ai donné, je me suis crashé. Plus jamais la prépa.
– Tu choisis rien, tu fais tout un petit peu, ta vie est terne.
– Merde aussi au romantisme. Je fais plein de choses, je suis plusieurs personnes à la fois, salarié, père, pote, sportif, écrivain. Je vis plein de vies en même temps, c'est comme ça que je fais le plus de choses . Le voilà ton théâtre d'improvisation.
– Camaïeu de couleurs ternes.
– Rha ta gueule.
Merde, j'en suis à combien. Ça fait trois fois que je compte onze. Enfin je crois. Merde.


dimanche 24 janvier 2016

Médinatation 4 - Encore des pensées

Il y a les vieilles histoires d'amour. Elles étaient si belles à l'époque, elles brillaient comme des soleils. Aujourd'hui ce sont des outres flasques, mille fois rouvertes, ridées, comme nous. Au fil des ans, j'ai cru comprendre ce qui s'était passé, pourquoi l'une m'a laissé après quelques jours, alors que je sortais de la rampe de lancement pleine balle. Crash. J'ai bien fait de l'écrire, ça, mais j'en ai chié, j'ai remangé tout le plat. La mémoire est un plat qui se mange froid.
Et, dans son sillage, l'autre belle histoire, j'étais prêt à me marier, et re-boum rupture tombée du ciel. Quel sexe on a fait tous les deux. Pour moi, c'était le signe, une entente vraie. Et puis j'ai reçu une lettre. Merde aux lettres. Heureusement, ça n'existe plus aujourd'hui. Est-ce qu'une rupture par mail ça serait mieux ? Ou texto ? « C fini ». Au moins on n'a pas la vilaine sauce doucereuse, ou l'autre essaie de s'expliquer mais au fond ne sait pas vraiment. Je comprends qu'on soit perdu. Par contre je maudis les lettres à rallonge qui font mine d'expliquer et me laissent désorienté. Tu m'expliques mais à la fin des dix pages j'ai toujours rien compris et j'ai mal au bide.

Ici, à la maison, j'ai ma femme, mes enfants. J'ai fait ça, de mes mains. Pourtant je suis parti de loin. Je nageais mal à l'époque, une nage de marquis, de héron. J'ai manqué me noyer.
Bizarre le chemin accompli. Souvent il a fallu s'accrocher avec les dents. Il y a eu plein de belles choses. Aujourd'hui je suis là, dans cette eau froide qui sent le chlore et finalement je ne suis pas mécontent. Je n'ai pas trop tout foiré.


dimanche 17 janvier 2016

Médinatation 3 - Les pensées

Dès que le rythme est installé, la rêvasserie prend le dessus. Mon esprit flotte, comme qui dirait. 
Souvent je m'engueule avec quelqu'un. Un qui m'a énervé, une voiture qui m'a collé sur la route, une blague vexante. Je me fâche tout rouge, je règle des comptes terribles entre les petites bouées sur leur fil. Elles ont des compartiments pour éviter les vagues.
Je traîne dans mes poches des colères vieilles de vingt ans. Je les revis dans les bulles. Ça ne me soulage pas spécialement, le film se choisit tout seul, juke-box aléatoire.
D'autres fois, je me souviens. Je repense à ma grand-mère, qui blaguait, vieille femme farceuse. Était-elle vraiment folle ? Ça fait bientôt dix ans qu'elle est morte. Quelquefois elle me manque, pourtant je n'allais pas la voir souvent les dernières années. Sa maison me glaçait et mes week-ends étaient trop précieux. Mes regrets se dissolvent dans le chlore.
Ou tel ami, avec qui j'ai coupé net du jour où il m'a traité de beauf. Je ne suis pas définitif pourtant, il faut me chercher longtemps. Non, je n'aime toujours pas Rameau, c'est de la musique de marquis.
Tout ce que je dois faire. Ça me submerge. Il y a le travail, la famille, les engagements pris, l'écriture. Quand écrire devient un devoir, c'est mauvais signe. Et pourtant, même sous la contrainte, quelquefois ça marche. C'est comme la natation : pas de lien entre l'envie qu'on en a avant et le plaisir qu'on y prend une fois qu'on y est. Il y a des plis imprévisibles qui s'ouvrent. Comme le sexe aussi. Et danser le tango, paraît-il. Le monde est imprévisible.
Heureusement, les carreaux défilent régulièrement au fond de la piscine. Après la dixième longueur, c'est la onzième. Certaines choses restent prévisibles.


dimanche 10 janvier 2016

Médinatation 2 - Les autres

Les premiers allers-retours, c'est facile, il y a l'ivresse du début, je suis tout frais, je n'ai pas vraiment besoin de respirer. Mais rapidement je m'approche du rouge, il faut trouver un équilibre, prendre assez d'air pour alimenter la viande. Le souffle s'installe.
Là, je commence à trop penser, écarte un peu les doigts, plonge la main loin devant, garde les jambes tendues, respire dans le ventre, attention à ton bras gauche. C'est chiant cette gauche. Dans la ligne Matériel, il y a les gens avec les palmes pour les pieds, palettes pour les mains, ça, ça accélère, mais il y a aussi les petites planches qu'on tient pour travailler les jambes, ou le dos avec les palmes, et ça c'est lent.
Je me demande ce qui est pire : se faire doubler par un requin furieux, tête en caoutchouc, qui passera quoi qu'il arrive parce qu'il fait du triathlon, ou bien stagner dans les bulles d'une paire de palmes maladroites, qu'il faut doubler.
Le pire du pire, c'est quelqu'un qui va juste un peu moins vite. Rester derrière, c'est casser le rythme, se brider, en sachant qu'il n'y a pas de raison que ça s'arrête. J'en ai vite marre et je double, mais doubler, c'est se mettre en danger entre les deux files, ça prend une demi-longueur, il faut tordre le cou pour regarder devant, sinon on peut assommer quelqu'un d'un coup d'aile trop loin du corps. L'aile gauche. Dans la ligne d'eau, on nage à droite comme sur la route.

Les bons nageurs sont fantastiques. Ils me passent à une vitesse incompréhensible : comment peuvent-ils aller autant plus vite que moi ? Pourtant je viens toutes les semaines. Sans doute parce que je ne fais pas de triathlon. Ils sont puissants, ils traitent l'eau comme un obstacle, ils la frappent, ils la dégagent. Ils passent comme des bolides.
Le mieux, c'est les bonnes nageuses. Elles sont belles. Pas physiquement, enfin pas spécialement : sous l'eau toutes les femmes sont des bombes. Au fil des longueurs, j'entrevois des créatures à maillots olympiques et cuisses lisses. Elles me font forte impression mais je regarde le fond. Peu importe la plastique, ce qui importe, c'est le mouvement. Les bonnes nageuses ne frappent pas l'eau, elles la massent, elles y glissent. Faute de puissance, elles l'épousent. Absentes, toutes dans leur mouvement, faciles comme des loutres. La force rend brutal. Le plus beau, c'est les bonnes nageuses. 

 

dimanche 3 janvier 2016

Médinatation 1 - Ça fait longtemps

Ça fait longtemps que je ne suis pas venu. La crève de l'hiver, la flemme, ça fait un mois. Je marche sur le carrelage froid, sans doute sale, je n'y vois rien, mes lunettes sont dans le casier.
Je passe sous la chaise d'arbitre, bonjour monsieur perché, je passe entre les deux bassins, je pose mes affaires sur le premier gradin, je prends mes lunettes de natation et mon tuba, les lanières s'emmêlent comme d'habitude. Je frissonne. Je descends l'échelle, je souffle en m'immergeant, c'est froid. Je chausse mon bazar. J'ai l'air idiot sans doute, en slip avec mon circuit de gomme sur la tête. Dos au mur. J'attends un créneau entre les trop lents et les trop rapides.
Première poussée, bien fort. C'est l'extase. Je file dans l'eau comme une aiguillette, je n'ai jamais été aussi fin, je me dissous. Je sens l'eau couler tout le long jusqu'aux pieds, ça avance tout seul. Les bras mordent dans l'eau, gourmands, ils tirent fort sans que je fasse rien. Le corps exulte. Sentiment de puissance. Je nage en apnée, je plane, jusqu'à la ligne rouge au moins. Je respire un coup, apnée encore. Je tire trop fort, je sais, je vais le payer mais je ne peux pas m'empêcher : je suis tellement content de retrouver l'eau.
Au bout de la longueur, il faut bien respirer. Je commence à prendre le rythme, aspire bras gauche, souffle bras droit, comme un randonneur, comme un migrateur, comme une machine de chair. Le film se lance. 

 

Médinatation

MÉDINATATION n.f. Méditation venant en nageant. Rêverie du nageur solitaire. Rien à voir avec la médina.