dimanche 29 décembre 2013

Eloge du camembert

        Camembert !
        Astre à la rotondité parfaite, qui se lève au crépuscule des banquets ! Comme tu illumines de ta saveur nos papilles usées ! Comme tu nous transportes loin des fadeurs et des tambouilles banales !
        Alors que les abus nous assomment, que l'alcool embrume nos sens, alors que nous attendent les ornières de la plaisanterie égrillarde, tu nous saisis de ton haleine violente, tu nous souffles au fond des bronches et nous claques le bulbe olfactif.
        Camembert ! Sans toi, les repas ne seraient que longues déchéances, voyages en descente des amuse-gueule aux pousse-café, déliquescences des sens et des esprits finissant en indigestions comateuses.
        Camembert !
        Tu es sans nul doute le salut des bonnes mœurs, du lien social et de la littérature des fins d'après-midi.

dimanche 22 décembre 2013

AVRAC etc.

AVRAC n.m. Acroximatif de accident vasculaire rachidio-cérébral, dysfonctionnement du système vasculaire provoquant des lésions au cerveau et au rachis, généralement provoqué par un excès de sasufasu ou par un plantage de l'implant cérébral. 

BOPOWAP n.m. Acroximatif de body powa appliances (mot anglais), appareil à picovolts alimenté par l’électricité résiduelle des muscles. 

DYNAMYTHE n.m. Récit légendaire raconté par les artificiers des factions naturistes au cours du conflit prothétique du milieu du XXIe siècle.Par ext. Histoire extravagante. 

GYROPHARYNGITE n.f. Infection des voies aériennes supérieures, due à la bactérie Streptococcum rotiferox, dont le premier symptôme est une forte rougeur se déplaçant autour du cou.

HYPOPOTABLE adj. Qualifie l'eau des rivières et fleuves tropicaux, impropre à la consommation. 

MINISTOIRE n.f. Texte narratif très court, mis en vogue par le réseau social Twitter.  En 2018, la France inventa l'impôt sur la TVA. Ce fut un échec. (@JLeGoff)

PLASTIKITSCH 1. adj. D'une qualité et d'un goût discutables. 2. n.m. Courant esthétique du XXIe siècle, s'inspirant du pop art au XXe siècle. 

POTRACHE ou POTRASH adj. Qualifie un humour bon enfant et incorrect. 

SUPERFLOU 1. adj. Imprécis. 2. adj. Inutile. 3. n.m. Objet présentant ces caractéristiques. Il n'y a que les filles qui m'intéressent, le reste, c'est du superflou. (D. Brillant)

lundi 16 décembre 2013

Eloge de l'économe

      Dans l’ombre d’un tiroir de cuisine dort un héros en costume d’humilité : l’économe.
        L’économe a changé la face du monde. Songez comme, avant son avènement, nos grands-mères s’escrimaient à éplucher les patates sans gaspiller, avec de méchants couteaux d’office ! Songez à l’adresse qu’il leur fallait pour épouser les vicieuses circonvolutions de ces racines ! Car alors, les patates n’étaient pas blondes ni rondes comme aujourd'hui. Non, elles étaient boursouflées et verruqueuses ; même les frites n’étaient pas tout à fait carrées.
        Mais grâce à l’économe, la corvée de pluche est devenue un plaisir. Tandis qu’on tient tendrement de la main gauche l’objet du désir culinaire, on le déshabille prestement de la main droite. En un clin d’œil on met à nu la quintessence légumineuse qui nourrit nos chairs et nous offre ses précieuses vitamines. Simultanément et comme par magie, on accumule un petit tas d’épluchures, non moindre richesse qui alimentera le compost dont se repaissent nos lombrics replets.
        Croyez-moi, l’économe libère la femme, revigore la santé publique et participe au renouveau de la nature. L’économe est l’incarnation du développement durable.

dimanche 8 décembre 2013

Mon cher Marc

Mon cher Marc,

        Je ne suis pas descendu ce matin chez mon médecin Hermogène, qui n'est pas encore rentré à la Villa de son long voyage en Asie. Pourtant j'aime bien aller chez lui, après l'expresso, je me dégourdis les jambes, je profite de l'air frais, dans l'anticipation du zénith étouffant. Mais Hermogène est bien loin, en excursion chez les Perses ou les Pictes, je ne sais plus. Peu importe, dès lors qu'on quitte Rome, on est chez les Barbares.
        Mon ulcère me fait souffrir ces temps-ci. Je ne sais pas si ce sont les soucis où les premiers raisins de la saison, qui sont délicieux mais encore acides. A vrai dire, plus j'avance en âge, plus vivre m'emmerde. Et régner devient particulièrement pénible. Je suis assailli sans répit par toutes sortes de dérangements physiques, qui choisissent n'importe quelle partie de mon corps et la transforment en problème. Je dors mal et n'urine presque plus. Mon exaspération est telle que souvent je n'arrive même pas à écouter les graves affaires que m'expose Serenus mon conseiller. Mais Serenus est un emmerdeur, lui aussi.
       Apparemment nous sommes ainsi faits que, quand la fin approche, nous l'appelons de nos vœux. Les dieux ont donc pourvu à tout.

mardi 3 décembre 2013

Eloge de la brume

       On n'y voit rien ce matin. La purée de pois enveloppe chaque élément du paysage. Toutes les choses familières, la voiture du voisin, le peuplier d'en face prennent des allures de fantômes venant hanter notre quotidien. Ça fait un peu peur peut-être.
        Mais quelle joie de voir enfin de la nouveauté ! Comme la brume se joue de la routine, cale dans l'enfilade des semaines un petit coin d'exception ! « Tu te souviens, c'était ce jour où on n'y voyait pas à dix pas ! »
       En estompant les contours, la brume change les points de vue et révèle des choses qu'on ne percevait pas. Le mur d'en face est fissuré. Le feu vert brille plus fort que le rouge.
        La brume est un filtre qui révèle la platitude de nos vies. La brume est dure mais juste.